Le soucis de pratiques harmonieuses

 

Economies d’eau

Les Fleurs du Garrit oeuvrent depuis longtemps pour réduire les quantités d’eau utilisées pour ses productions, et utilisent notamment de nombreuses installations de goutte-à-goutte et de chariots d’arrosage. Ces techniques permettent d’apporter de l’eau au plus juste sur des zones différenciées. Ces installations ont permis de diminuer de 20% la consommation en eau de l’entreprise depuis 10 ans.

 

Réduction des pesticides

Depuis 4 ans, les Fleurs du Garrit utilisent la Protection Biologique Intégrée (PBI) pour lutter contre les nuisibles. Cette pratique, consistant à effectuer des lachers d’insectes (coccinelles, etc…) qui mangeront ou parasiteront ces nuisibles, est bien meilleure pour toute l’équipe de l’entreprise, pour les clients, et pour l’environnement.

Par ailleurs, les Fleurs du Garrit utilisent aussi des bio-stimulants dans l’eau d’arrosage, qui permettent de renforcer les défenses naturelles des plantes, et donc d’être mieux protégées contre les maladies. Grâce à ces actions, l’entreprise a pu réduire de 60% son utilisation de pesticides depuis 5 ans.

 

Productions biologiques

600m² de serres sont désormais destinés à la production de plants maraichers bio : tomates, salades, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, melon, plantes aromatiques, et bien d’autres variétés encore… L’organisme Agrocert Fr bio 07 y réalise plusieurs contrôles chaque année, pour certifier nos productions.

Et pour qu’acheter bio ne soit plus un luxe, les Fleurs du Garrit veillent à proposer ces produits à des prix très légèrement supérieurs à ceux des produits issus de l’agriculture conventionnelle. Pour que le bio soit accessible à tous…

 

Chauffage au méthane

En 2012, Joël a installé une station de méthanisation à proximité des serres. Le méthane, produit à partir des sous-produits de l’élevage, alimente un groupe électrogène. L’électricité produite est ensuite achetée par EDF, et l’eau de refroidissement du moteur permet de chauffer un ballon de 100.000 litres d’eau. C’est cette eau chaude qui est ensuite utilisée la nuit pour chauffer les serres du Garrit, sans produire un seul gramme de gaz à effet de serre.